Articles

Deux pour le prix d'un

Image
LE BEC EST MORT, VIVE LE BEC.Soir de défaite électorale pour Bagnères Ensemble. 174 voix d'écart - à la fois beaucoup et si peu. Bras gauche de cette alliance, le BEC remercie avec ferveur toutes celles et tousceux qui ont cru en lui et l'ont soutenu lors de cette si longue et si particulière campagne, celles et ceux qui ont compris que seule cette fusion avec une liste modérée pouvait permettre d'échapper à six ans de grisaille et faire souffler sur la ville un vent nouveau.Aux autres, à celles et ceux qui l'ont taclé, dénigré, renié, vilipendé, trahi alors même qu'ils étaient proches de ses idées, à celles et ceux qui ne se sont pas déplacés pour faire nombre, aux médias qui l'ont ostracisé, à celles et ceux qui vont beaucoup s'ennuyer durant six ans dans cette vieille ville... nous ne disons rien. Nous avons gagné la bataille des esprits. Nous sommes fiers de ce que nous avons fait. Nosidées qui semblent irréalistes sont les évidences de demain. Plus uti…

Vous lirez bien un petit dernier ?

Image
Allez, un dernier petit billet pour la route, avant les élections.Une route qui pourrait être interminable. Six ans en marche arrière, ou au mieux en carafe sur un accotement, ce serait long. Notre ville, déjà en grande souffrance, ne s’en remettrait peut-être pas. Il faut changer de motorisation, troquer notre diesel poussif pour une énergie propre du futur.Il y avait une réunion publique de Bagnères ensemble, jeudi soir. On y a senti un élan, une volonté de travailler ensemble sur des projets novateurs, en impliquant le plus possible les citoyens bagnérais. Des gens intelligents, d’horizons divers. Différents, mais semblant voler en formation serrée vers une destination commune, une ville dynamisée, plus chaleureuse, plus accueillante, plus sobre. Une ville tournée vers l'avenir. C’est réconfortant.A un moment, une personne, dans la salle, a fait remarquer que la tête de liste prenait beaucoup de place, ce qui préjugeait mal d’un fonctionnement participatif à venir, au sein de l…

Le pouvoir des rotatives

Image
La presse et les médias méritent bien le nom de « quatrième pouvoir », face aux trois incarnés par l’Etat (législatif, exécutif, judiciaire). Parfois le quatrième s’oppose aux trois principaux, agissant alors en contre-pouvoir. Mediapart, Le Canard Enchaîné et Charlie-Hebdo en sont la parfaite illustration, leur indépendance financière leur laissant une entière liberté éditoriale. Mais le plus souvent, presse et medias sont au service des puissants, de façon ouverte ou détournée. Parfois, ils jouent même carrément les faiseurs de roi, en donnant de la crédibilité à des candidatures improbables (celles de Ségolène Royal et d’Emmanuel Macron leur doivent tout ou presque…). Le plus souvent, ils privilégient les sortants, avec lesquels ils sont en relation depuis longtemps. Car dans la plupart des cas, la connivence est totale entre milieux médiatique et politique. Influenceurs et décideurs sont liés, se fréquentent, et forment cette caste surpuissante qui dirige le pays.Le phénomène est …

4 x 4 = 0

Image
La mobilisation citoyenne et non violente paie.    Septembre 2019 : quelques banderoles slogans et tracts, une manif bon enfant,  un « die-in » sur le pont de Carré Py et quelques points de blocages perturbent le salon du 4x4…    Septembre 2020 : l’édition suivante du salon n’aura pas lieu - en Haute-Bigorre du moins, puisque une vallée voisine aura le privilège d’accueillir à notre place une clientèle aisée, des milliers de spectateurs et un cortège de véhicules polluants. Selon le vice-président de l’association organisatrice, en effet, « (…)  l’idée était d’implanter et de développer une manifestation susceptible d’amener plusieurs milliers de personnes dans notre vallée et bien entendu, à fortiori, une clientèle aisée qui aurait pu découvrir nos atouts et contribuer à la notoriété de la ville au travers de nombreux articles dans la presse spécialisée. », « (…) nous suivions le modèle de Valloire dans les Alpes qui regroupe 180 exposants rassemblés pendant cinq jours non-stop po…

Ce blog : qui ? pour qui ? pourquoi ?

Image
2020...un espoir...Bagnères...l’écologie...la citoyenneté...le BEC...une campagne trépidante...   Deux amis, des articles… puis une énergie inemployée.   Alors deux initiales, et le blog de Docteur Bec voit le jour !Ou comment une pandémie, un confinement, des masques, redonnent vie à un médecin de la peste. Inquiétant ? Non ! Interrogateur, scrutateur, irrévérencieux, rêveur d’avenir....    Textes et images, pour plaire ou déplaire. Les deux compères Aragnouet & Vuillier lustrent déjà leurs plumes...

Mais où est passée l'eau de Jouvence ?

Image
Qui pourrait croire que Bagnères a été au XIXe siècle l’« Athènes des Pyrénées » ? Elle ressemble maintenant plutôt à une ville américaine abandonnée après la ruée vers l’or. Les bâtiments entre Vignaux, Coustous et Thermes sont les témoins fantomatiques de la splendeur passée. La rue de la République est une décharge éventrée, indigne d’une entrée de ville, les rives de l’Adour une promenade non traitée…    Ici, pourtant, nous avons eu l’or bleu, qui a attiré longtemps une clientèle aisée venue prendre les eaux… Un simple virus a pu gripper la machine thermale, qui ne fonctionne plus d’ailleurs que grâce aux remboursements de la Sécurité Sociale.   Ici, pourtant, nous avons eu l’or blanc, qui a attiré longtemps une clientèle généreuse… Un réchauffement planétaire accéléré et inéluctable est en train de transformer ce rêve en chimère.   Ici, pourtant, nous avons eu d’autres filons, moins prestigieux que l’or des Amériques mais tout de même… Le marbre, les lainages des Pyrénées, ét…

Bagnères ensemble

Image
Qui a encore peur des épouvantails ? Les Bagnérais devraient s'en méfier, ils ne préservent de rien. L’un est immobile, quand la ville aurait tant besoin de mouvement, de dynamisme. L’autre bouge au gré du vent, à droite, à gauche, quand Bagnères aurait tant besoin d’une direction claire, vers plus d’écologie et de participation citoyenne. Tout ça, beaucoup de corBECs en ont pris conscience. Compte tenu des enjeux du moment, ils sont prêts à l’action, décidés à jouer collectif, quitte à y laisser quelques plumes. D'autres s’interrogent, font douter les premiers et parfois leur cherchent des noises. Quelle attitude adopter ? Brasser du vent dans l'azur, en sécurité dans ses certitudes en regardant de haut la ville s’endormir doucement pendant six ans ? Ou se mêler des affaires terrestres ? Comment parvenir à changer notre lieu de vie commun, Bagnères, si on ne s’y met pas ensemble ? Ceux qui ne se résignent pas aux mannequins de paille ont fait leur choix...