Score sans appel



   Pas très sportive l’attitude du maire de Bagnères. Mauvais perdant, mais surtout mauvais stratège. Il claque la porte du conseil communautaire en criant au complot en pleine élection des vice-présidences, laissant le champ libre à son opposition et aux maires « adverses ». Au final, sa majorité se retrouve presque nue… L’opposition Bagnères Ensemble obtient trois vice-présidences (C. Abadie, J. Robbé, F. Roux). Les élus des villages présideront six commissions sur dix. Quelle déconfiture !

   Il est vrai qu’il a eu, au début, de quoi être contrarié : la présidence tant désirée lui est passée sous le nez. Crime de lèse-majesté, le prétendant au titre ne récupérait pas le trône castellien. Jacques Brune, conseiller municipal de Baudéan, l’emportait à une écrasante majorité… Aussitôt après, deux vice-présidences ont échappé à l’un de ses adjoints, peut-être mal choisi. N’est pas sélectionneur qui veut… C’en était trop. 

   Claude Cazabat présente alors sa face sombre, menaçant la communauté de mesures de rétorsion : « faut pas nous prendre pour des cons ! », « je renonce à la vice-présidence », « la mutualisation, y’en aura plus », « les transferts, on va remettre en cause », « on remet tout à plat », « la communauté en prendra un pète »,  « vous l’avez cherché, tant pis pour vous ! », évoquant même, plus tard, l’hypothèse d’une mise sous tutelle de la CCHB, ou le fait de rattacher Bagnères à la communauté de communes de Tarbes ! L’assemblée découvre alors un maire de Bagnères n’acceptant pas le vote démocratique. La presse, comme d’habitude, donnera une version édulcorée de l’épisode.

   Visiblement, l’intérêt général et l’ego de notre maire font mauvais ménage : ne pouvant avoir son jouet pour lui tout seul, il préfère le casser plutôt que le partager. C’est très préoccupant et cela pourra avoir de graves répercussions sur la gestion de notre territoire.  

  Le maire de Bagnères ne se montre pas à la hauteur des enjeux.


Posts les plus consultés de ce blog

Lacrampe recrute

Deux pour le prix d'un

Vous lirez bien un petit dernier ?